informatique

Accueil/"%s" informatique

Love, Simon (2018)

2019-11-28T16:46:25+01:00Mots-clés : , , , |

Parce qu’il reste de bout en bout ce support d’identification confortable pour le spectateur (toujours le même « I’m just like you »), Simon apparaît comme le seul personnage du film échappant à l’esprit de caricature ambiant. Ce refus de la surdétermination du héros gay permet à Love, Simon d’atteindre partiellement ce qui semble être son objectif premier : faire entrer le cinéma LGBT dans l’ère du mainstream. On peut d’ailleurs étendre ce constat au film entier. Plutôt que par l’emprunt aux genres très codifiés dont il s’empare, c’est en effet par un certain flottement générique que Greg Berlanti réussit finalement à séduire.

The Social Network (2010)

2019-12-07T22:30:14+01:00Mots-clés : , , , , , , , , , , |

Du personnage de Zuckerberg, pour qui la propriété intellectuelle ou le devoir d’amitié semblent constituer des notions assez vagues, émane pourtant quelque chose de profondément anti-romanesque, une vision nivellatrice du monde contraire à la notion même de drame. Zuckerberg, dans The Social Network, apparaît comme l’archétype du antihéros, socialement inadapté, toujours recroquevillé sur lui-même, murmurant sa pensée ou débitant à toute vitesse des monologues dépourvus d’affect. Mais c’est précisément en soulignant cette vitesse que Fincher insuffle au personnage et au film une énergie romanesque.

Hacker (2015)

2019-11-28T16:38:46+01:00Mots-clés : , |

Comme les données dont il suit le cheminement fulgurant et complexe, Hacker emprunte des voies tortueuses et prend successivement, parfois même simultanément, des directions opposées. Thriller 3.0, le film débute au cœur d’une opération menée par les gouvernements américain et chinois pour retrouver la trace d’un redoutable pirate informatique.

Matrix (1999)

2019-12-07T19:58:34+01:00Mots-clés : , , , , , , , |

Car toute l'ambiguïté de Matrix réside dans sa façon, mi-naïve mi-cynique, de montrer que l’homme ne s’affranchit et n'atteint la liberté totale que dans la mesure même où il est l’esclave de la machine. L’injonction permanente à croire en soi et à repousser les frontières du possible n’a de sens que parce qu’elle produit ses effets dans le monde virtuel de la matrice