comédie romantique

/Tag: comédie romantique

Bye Bye Love (2003)

2018-10-14T21:25:36+00:00 Tags: |

Décors kitschissimes, acteurs en surjeu, montage pop et petits airs jazzy, tout est fait pour recréer le charme et l’énergie d’un cinéma dont on pointe en même temps d'un doigt moqueur le caractère artificiel. L’idée pourrait être bonne, si l’exécution ne paraissait pas légèrement présomptueuse. Pour que l’hommage soit digeste, il aurait fallu que Reed et son scénariste capturent au moins en partie l’essence de la grande comédie des années 60, à savoir une légèreté de mise en scène, une finesse dans les dialogues et une grâce dans le jeu des acteurs dont Bye Bye Love est globalement dépourvu.

Terrain d’entente (2005)

2018-08-24T17:39:13+00:00 Tags: , |

La filiation avec le reste de l'oeuvre des Farrelly est donc moins évidente que cette autre inspiration, plus surprenante, qui fait de Terrain d'entente une sorte de Annie Hall moderne. Le spectre du Woody Allen des années 70-80 est présent d'une manière d'abord superficielle, quand Lindsay cite Annie Hall comme étant l'un de ses films préférés, mais on le retrouve aussi à travers la présence des cartons d’intertitres qui divisent le film en chapitres, ou encore dans cette apparence d'improvisation qui fait de Terrain d'entente une comédie romantique ayant finalement moins d'affinités avec une grand-messe sportive qu'avec un petit air de jazz.

Love, Simon (2018)

2018-08-22T12:24:50+00:00 Tags: , |

Parce qu’il reste de bout en bout ce support d’identification confortable pour le spectateur (toujours le même « I’m just like you »), Simon apparaît comme le seul personnage du film échappant à l’esprit de caricature ambiant. Ce refus de la surdétermination du héros gay permet à Love, Simon d’atteindre partiellement ce qui semble être son objectif premier : faire entrer le cinéma LGBT dans l’ère du mainstream. On peut d’ailleurs étendre ce constat au film entier. Plutôt que par l’emprunt aux genres très codifiés dont il s’empare, c’est en effet par un certain flottement générique que Greg Berlanti réussit finalement à séduire.